« Quand les feuilles d’automne tombent,

l’écriture et la lecture commencent. »

 

 

Feuilles d'automne et fleurs soleil

« De toutes les connaissances

possibles, la plus sage et la plus utile

c’est la connaissance de soi. »

William Shakespeare

Cela fait longtemps, peut-être trop, que je ne vous ai écrit. Il y a eu les vacances, la rentrée, du vide, la recherche d’un travail, l’intérim, le nouveau travail, tout cela prend du temps… Pour vous aussi n’est-ce pas ?

 

  Mon actualité

Me voici donc de retour. Que s’est-il passé cette année écoulée, du point de vue de l’écriture ?

Je continue  la relecture de mes ouvrages « Les ailes d’Iris » et « Juste avant l’apocalypse », deux romans que vont publier les éditions Acala.

J’ai encore une biographie en cours, nous en sommes à 600 pages sans les photos. J’ai une nouvelle biographie en attente que j’envisage de céder à une apprentie biographe qui cherche à se former, car je n’ai plus assez de disponibilité pour me consacrer à un projet de cette envergure.

Et puis, j’ai participé à plusieurs appels à texte et, cette année, trois de mes nouvelles ont été choisies pour faire partie d’un recueil collectif :

– « Mon père est climatosceptique » une nouvelle anticipatrice, (13 nouvelles choisies sur 50 textes reçus), cliquez ici pour la découvrir

– « Auriane file à l’orientale », une nouvelle un peu surréaliste (12 nouvelles sélectionnées sur 20 reçues), cliquez ici pour la découvrir

– une troisième nouvelle est en cours d’édition. Or, comme dit l’adage, il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué ! … alors je vous en dirai plus une prochaine fois. (60 nouvelles retenues sur 353 reçues)

J’en suis très honorée.embarassed

L’année passée, une seule de mes nouvelles avait été éditée aux éditions Arthémuse.

 

Concernant le livre pour la jeunesse « Les animaux qui se cachent en moi », initialement choisi par les éditions « plume de cœur », notre collaboration est interrompue, car l’illustratrice ne souhaitait pas se mettre à son compte.(J’ai sans doute vendu la mèche trop tôt.)

 

Enfin…Grande nouveauté, je donne des ateliers d’écriture dans un cadre intimiste deux à ce jour.

affiche du marché de Noel

MARCHE DE NOËL

Je serai présente au marché de Noël où je dédicacerai mon livre

« Les ailes d’Eléa »

le vendredi 22 au soir et samedi 23 décembre à Mazères, salle Fébus !

Réservez  vos dates et ne manquez pas cette opportunité de faire vos derniers cadeaux d’artisans du pays, il y a aura des gourmandises comme du pain d’épices, le père Noël, et j’aurai l’honneur de partager mon stand avec un auteur prolifique Jean-Charles Batllo.

Je serai heureuse de vous y rencontrer.

 

Note : du fait de mon travail, c’est le seul et unique marché de Noël auquel je participerai cette année.

 Rubrique mot nouveau

blandice

nom féminin [littéraire, surtout au pluriel] délice, charme, plaisir, séduction

antienne

nom féminin

  1. Religion
    Refrain liturgique repris par le chœur entre chaque verset d’un psaume.
  2. au figuré
    Chose que l’on répète, que l’on ressasse.

Rubrique lecture

Mes coups de cœur :

Frida Kalho par Frida Kalho

 

Résumé : Recueil de lettres à une voix, celle de la peintre mexicaine, Frida Kahlo. Le choix éditorial de cette autobiographie originale est simple : seules les lettres de Frida Kahlo sont publiées, indépendamment de leurs réponses et de ce qui les a motivées.

Ce qui se dégage de cette correspondance unilatérale est la voix d’une femme engagée pour son pays, politiquement et socialement. La voix d’une femme qui souffre physiquement des conséquences d’un accident de bus, qui souffre dans son âme de voir son art et celui de son mari plus ou moins rejeté par son pays. Mais aussi une femme amoureuse de son pays, de son mari, de ses amants. Fidèle en amitié, même si parfois elle néglige d’écrire. 

Une personnalité forte, entière. Une grande et belle femme.                                                                                                                                                                                                                   Extrait :

 Lettre à Nickolas Muray Paris 16 février 1939

 

J’aurais voulu tuer ce gars et le bouffer ensuite, mais je suis tellement malade et fatiguée de toute cette affaire que j’ai décidé de tout envoyer au diable et de me tirer de ce foutu pays avant de perdre la boule. Tu n’as pas idée du genre de salauds que sont ces gens. il me donne envie de vomir. Je ne peux plus supporter ces maudits intellectuels de mes deux. C’est vraiment au-dessus de mes forces. Je préférerais m’asseoir par terre pour vendre des tortillas au marché de Toluca plutôt que de devoir m’associer à ces p****** d’artistes parisiens. Ils passent des heures à réchauffer leurs précieuses fesses aux tables des cafés, parlent sans discontinuer de la culture, de l’art, de la Révolution et ainsi de suite, en se prenant pour les dieux du monde, en rêvant de choses plus absurdes les unes que les autres et en infectant l’atmosphère avec des théories et encore des théories qui ne deviennent jamais réalité. Le lendemain matin, ils n’ont rien à manger à la maison vu que pas un seul d’entre eux ne travaille. ils vivent comme des parasites, aux crochets d’un tas de vieilles peaux plein aux as qui admirent le génie de ces artistes.

 

Bakhita de Véronique Olmi

Résumé :  Bakhita est le roman bouleversant de cette femme exceptionnelle qui fut tour à tour captive, domestique, religieuse et sainte.

Avec une rare puissance d’évocation, Véronique Olmi en restitue le destin, les combats incroyables, la force et la grandeur d’âme, dont la source cachée puise dans le souvenir de sa petite enfance avant qu’elle ne soit enlevée.

Extrait : 

« Les esclaves ont peur tout le temps. Peur de dormir alors qu’il est peut-être l’heure de se lever. Peur de ne pas dormir et d’être trop épuisé pour travailler au matin. Peur des coups qui réveillent les coups de la veille. Peur des coups qui ne viennent pas et vont tomber par surprise. Peur des anciens esclaves et des nouveaux esclaves, ceux qui savent trop de choses et ceux qui arrivent dans une innocence dangereuse. Peur le jour et peur la nuit, car l’épouse du général vient chaque matin avant le chant du coq pour les battre. Et ceux qui ont travaillé dans la nuit et viennent à peine de s’allonger sur leur natte sont battus pareil. Et celles qui sont grosses d’un enfant, et ceux qui sortent de leurs songes, et ceux dont l’esprit est encore uni à la nuit, et ceux qui ont la fièvre, et ceux qui sont si vieux qu’on les jettera bientôt sur le tas de fumier, et les petits enfants encore au sein, tous, encore couchés, sont battus pareil. « p136

 

Au bonheur des lettres 2 – rassemblées par Shaun Usher

 

Résumé : 122 lettres où l’humour le dispute au drame et le passé au présent : la confession d’une Jane Austen ayant forcé sur la bouteille, la colère de Michel-Ange, l’enthousiasme de John Lennon, l’ironie d’un Foster Wallace, la tendresse de Che Guevara ou les mots d’adieux de passagers japonais quelques instants avant le crash de leur avion….

Le chat Elliot se roule dans les feuilles d'automne

 Rubrique animaux

Nous avons adopté un chaton, prénommé Elliot, comme un certain petit dragon. Quand les chatons ont 6 mois se pose la question de les castrer. C’est un crève-cœur, pour moi cette question. De quel droit, devrais-je décider, pour des raisons de convenance, afin qu’il reste bien sagement à la maison et ne nous quitte pas, de le faire stériliser, avec les conséquences que cela aura sur sa vie, sa sexualité, sa prise de poids, son appartenance à un groupe de castrat par rapport aux matous du coin ? Stérilise-t-on les chiens et tous les animaux qui vivent avec des humains ? Bref, choix difficile, d’autant que nous vivons à la campagne… J’en ai parlé avec mes filles, et me suis rappelée que les chats disparaissent, tués par des chasseurs, piégés par l’appel d’une femelle en chaleur, capturés pour leurs peaux – écorchés vivants – qui seront vendues en pharmacie pour soulager les rhumatismes ! Alors j’ai pris ma décision, non sans avoir fait de la communication animale pour l’informer, le prévenir.

JOYEUX NOËL

Je vous souhaite de joyeuses fêtes.

Honorez-vous, offrez-vous le cadeau que vous souhaitez recevoir !

Aimez-vous !

À l’année prochaine !

Merci de me lire !

Sabine

« Vous êtes-vous déjà demandé combien de fois dans votre vie vous aviez réellement dit merci ? Un vrai merci. L’expression de votre gratitude, de votre reconnaissance, de votre dette. On croit toujours qu’on a le temps de dire les choses et puis soudain c’est trop tard. »

« Les  Gratitudes » Delphine de Vigan

Envoyer un message